Aller au contenu
Accueil » Découvrez l’histoire du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle

Découvrez l’histoire du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle

    Sommaire :

    1- Quelle est la signification religieuse du pèlerinage ?

    2- Faire un pèlerinage c’est effectuer un chemin intérieur

    3- Un retour de pèlerinage transformé

    4- L’histoire du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle

    5- La découverte du tombeau de Saint-Jacques à Compostelle

    6- Le développement du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle

    7- Des variations en fonction des époques

    8- Le pèlerinage de Saint Jacques aujourd’hui

    9- Être pèlerin au XXIe siècle

    10- Quelques chiffres sur les marcheurs de Compostelle

    11- Différentes manières de faire le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle

    Le 25 juillet 2022 aura lieu la fête de Saint-Jacques de Compostelle. Les festivités commenceront plus tôt à Compostelle aux alentours du 15 juillet. Le point d’orgue des célébrations aura lieu le jour même dans la cathédrale de Santiago. L’une des curiosités de cette célébration est la cérémonie du Botafumeiro: un immense encensoir oscille à grande vitesse dans le transept du bâtiment qui se remplit de l’odeur de l’encens.

    Cette fête de Saint-Jacques pour spectaculaire qu’elle soit est seulement un des marqueurs de la ferveur qui existe autour du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. En ce début d’été, nous nous attarderons sur la signification religieuse des pèlerinages en général, nous explorerons l’histoire remarquable du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle enfin, nous nous pencherons sur ce qu’est devenu aujourd’hui ce pèlerinage.

    Quelle est la signification religieuse du pèlerinage ?

    Les pèlerinages ne sont pas uniquement une pratique chrétienne : il est également un point fort de l’islam, du bouddhisme mais aussi d’autres religions dans le monde.

    Au cours d’un pèlerinage, on se déplace pendant un long voyage pour se rendre sur un lieu saint. De nos jours, des moyens de locomotion rapides permettent aux voyageurs de se déplacer rapidement sur le lieu de pèlerinage souhaité. Malgré cette modernité, nombreux sont les pèlerins qui choisissent encore des moyens de locomotion traditionnels, et certains peuvent effectuer tout où partie du voyage à pied.

    Faire un pèlerinage c’est effectuer un chemin intérieur

    De tout temps, l’importance du pèlerinage ne se situe pas uniquement dans le lieu où l’on se rend. Faire un pèlerinage c’est cheminer, c’est vivre une aventure intérieure forte. Depuis quelques dizaines d’années, Saint-Jacques de Compostelle est particulièrement concerné dans le regain des pèlerinages. Tous les ans, ils sont un peu plus nombreux à se presser sur ses divers chemins.

    Dans le passé, on faisait un pèlerinage pour demander une grâce particulière, ou encore pour se faire pardonner une faute précise.

    Aujourd’hui, nombre de ceux qui font le pèlerinage ne sont pas croyants. Cependant une très grande partie des pèlerins non-croyants donnent à leur voyage une signification spirituelle. La route en elle-même est vécue comme un cheminement intérieur. Le parcours, les étapes, les rencontres, tous ces aspects du voyage sont l’occasion de sortir de sa zone de confort et de se confronter au monde extérieur.

    Un retour de pèlerinage transformé

    C’est la raison pour laquelle, aujourd’hui comme dans les temps passés, on ne revient pas d’un pèlerinage comme on en est parti.

    Dans l’islam, il existe même un mot qui désigne celui qui a fait le pèlerinage à la Mecque : on dit qu’il est Hadji. Il est d’ailleurs désigné comme pèlerin par ses vêtements et par le respect d’autrui. Dans la religion chrétienne également, celui ou celle qui rentre de pèlerinage a fait un chemin qui l’a transformé.

    L’histoire du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle

    Le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle a un statut particulier car il connaît de nos jours un regain extraordinaire. Avant cela, l’histoire de ce pèlerinage s’étale sur plus d’un millénaire. Elle a été émaillée de nombreuses péripéties.

    La découverte du tombeau de Saint-Jacques à Compostelle

    Le pèlerinage fut instauré au IXe siècle suite à la découverte en Galice par l’ermite Pélagos d’un tombeau. Pélagos aurait eu une révélation durant son sommeil sur l’emplacement de celui-ci. Il aurait été guidé par une pluie d’étoiles vers le lieu du tombeau sur lequel se trouvait un tumulus. D’après la légende, c’est cette pluie d’étoiles qui a donné son nom au site de Compostelle. Ce tombeau fut attribué à l’apôtre Jacques de Zébédée contemporain du Christ et martyr décapité par Hérode au premier siècle à Jérusalem. Son corps aurait été récupéré et ramené jusqu’à Compostelle par ses compagnons.

    Très vite les reliques ont été officiellement reconnues par les autorités ecclésiastiques de l’époque, ce qui a provoqué la naissance d’un pèlerinage.

    Le développement du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle

    Plusieurs faits historiques ont très vite contribué au développement de Saint-Jacques de Compostelle comme lieu de pèlerinage :

    · A cette époque, l’Espagne est en partie sous domination musulmane. L’apôtre Saint-Jacques est un représentant de l’identité espagnole, son culte se renforce donc pendant cette occupation.

    · Au cours des siècles suivants, la reconquista développe plus encore le culte de Saint-Jacques. Cela provoque un afflux des pèlerins vers Saint-Jacques de Compostelle.

    · Parallèlement, le succès de ce lieu de pèlerinage est dû aussi à la prise de Jérusalem par les Turcs au XIe siècle. À ce moment-là, il ne reste plus aux chrétiens européens que deux grands lieux de pèlerinages, Rome et Saint-Jacques.

    Des variations en fonction des époques

    L’apogée du pèlerinage de Saint-Jacques au Moyen Âge se situe au XIIIe siècle. Chaque année, plusieurs centaines de milliers de pèlerins se pressent sur les lieux.

    Au cours des siècles suivants les événements historiques provoquent un décroissement progressif du flot de pèlerins :

    · Au XIVe siècle plusieurs épisodes de épidémie de peste noire se succèdent puis la guerre de Cent ans provoquent un climat d’insécurité pour les voyageurs

    · Au XVIe siècle, l’avènement de la réforme protestante remet en cause le culte des reliques

    · Aux XVIIe et XVIIIe siècle les guerres entre Louis XIV et Charles Quint créent des complications administratives pour les pèlerins

    · Du 17e au 19e siècle le développement du culte de Marie crée d’autres lieux de pèlerinage en Europe.

    À partir du XIXe siècle, avec la redécouverte des reliques puis leur authentification en 1884, le pèlerinage est relancé. Jean-Paul II dans les années 1980 fait lui-même deux fois le pèlerinage à Compostelle ce qui relance définitivement ce lieu de culte.

    Le pèlerinage de Saint Jacques aujourd’hui

    Être pèlerin au XXIe siècle

    Aujourd’hui le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle n’a jamais été aussi vivant.

    Les chemins menant à Saint-Jacques ont été progressivement retracés et réaménagés au travers de toute l’Europe. Peu à peu, comme au Moyen Âge, les lieux d’accueil se développent et les facilités pour les pèlerins se multiplient.

    Cependant nous sommes loin des temps anciens du Moyen Âge et le pèlerinage a aujourd’hui un nouveau visage. La plupart des pèlerins modernes continuent à faire le chemin à pied, portant leurs propres affaires. Cependant, les moyens de transport permettent de s’adapter à la vie moderne et de faire le chemin de Saint-Jacques par tronçons.

    Faire un pèlerinage au Moyen Âge impliquait de partir pendant plusieurs mois où années dans une aventure comportant de grandes incertitudes. De nos jours, on peut faire le chemin de Saint-Jacques en toute sécurité avec l’avantage d’avoir des moyens de communication et un équipement modernes.

    La coquille Saint-Jacques que beaucoup portent sur leur sac à dos reste aussi un symbole fort du pèlerinage. À l’origine elle était ramenée par les voyageurs qui mangeaient ces coquillages en arrivant à Saint-Jacques de Compostelle.

    Quelques chiffres sur les marcheurs de Compostelle

    En 2019, c’est un total de 350 000 pèlerins qui ont parcouru les chemins de Compostelle. Parmi eux se trouvaient 51% d’hommes et 49% de femmes. 94% d’entre eux ont fait le chemin à pied, 5 à 6% à vélo et enfin quelques-uns le parcourent à cheval ou en fauteuil roulant.

    Heureusement, toutes ces personnes empruntent différents chemins pour arriver jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle. Le chemin le plus fréquenté et celui qu’on appelle le Camino Francés emprunté par environ 60% des marcheurs. Les autres pèlerins se partagent entre les chemins portugais, le Camino del Norte suivant la côte espagnole et d’autres chemins sillonnent l’Europe entière.

    Enfin, les espagnols représentent environ la moitié des marcheurs, mais d’autres nationalités européennes : française, italienne, allemande et d’autres nationalités encore sont présentes. Quelques pèlerins se déplacent depuis les autres continents pour marcher sur le chemin de Compostelle : principalement des Brésiliens et des Coréens du Sud.

    Différentes manières de faire le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle

    Ces profils de marcheurs tellement différents nous amènent à nous interroger sur la démarche de chacun au moment de faire le pèlerinage.

    90% des pèlerins disent marcher pour des raisons spirituelles : la moitié de ceux-ci le font dans un but religieux tandis que l’autre moitié le fait plutôt dans un but de réflexion personnelle et de retour sur soi. Enfin les pèlerins restants le font plus pour des motivations historiques, sportives ou encore en tant qu’accompagnant.

    Il existe encore une autre manière de faire le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle : c’est en recevant les pèlerins, en les accueillant, en leur apportant le gîte et le couvert que certains chrétiens prennent une part active dans le pèlerinage de Compostelle. Alors qu’au Moyen Âge l’accueil des pèlerins était surtout réservé aux religieux, aujourd’hui ce sont des bénévoles catholiques ou encore des aubergistes qui se chargent des pèlerins.

    Pour les bénévoles comme pour certains professionnels du tourisme, accueillir les marcheurs sur leur chemin c’est aussi un peu être pèlerin.

    Notre monde confronté de plus en plus à une recherche de l’essentiel comme à un besoin de sens explique peut être le regain d’intérêt pour le cheminement sur le chemin de Saint-Jacques. S’immerger pendant plusieurs jours ou plusieurs semaines en cheminant en toute simplicité est une manière de rompre avec ses habitudes et de se retrouver face à soi-même, quelles que soient ses convictions.

    Prière pour le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle

    Seigneur Jésus, nous te remercions pour le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle qui offre un lieu de réflexion et de dévotion pour les croyants.

    Nous te remercions pour l’opportunité de marcher sur les traces des pèlerins qui ont précédé, pour chercher ta guidance et ta bénédiction dans notre vie.

    Nous te prions pour la force physique et mentale dont nous aurons besoin pour entreprendre ce pèlerinage, pour la sécurité et le bien-être de tous les pèlerins sur la route.

    Aide-nous à être respectueux des autres et de l’environnement, pour nous rappeler que nous sommes tous en chemin vers la même destination.

    Nous te prions pour que le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle soit pour nous un temps de paix, de réflexion, de dévotion, pour que nous puissions nous rapprocher de toi, et nous rappeler que tu es présent dans tous les aspects de notre vie.

    Amen

    Le blog chrétien catholique du Palais du Rosaire